Sous-couche acoustique

Sommaire

Il est inconcevable et interdit de nos jours de poser un revêtement de sol sans intercaler auparavant une sous-couche acoustique. Le bruit fait partie des nuisances insupportables qui dégradent le confort des occupants d'un logement, que ce soit en maison individuelle ou en appartement. La réduction des nuisances sonores perçues au travers du sol et des murs vers et depuis le voisinage passe par la pose d'une sous-couche acoustique rendue obligatoire sous les dallages, parquets et sols, mais aussi le long des murs.

Sous quels revêtements faut-il poser une sous-couche acoustique ? Dans quelles constructions l'isolation phonique est-elle obligatoire ? On vous dit tout sur la réglementation, les caractéristiques et les prix des sous-couches acoustiques.

Sous-couche acoustique : réglementation sur les nuisances sonores

Réglementation acoustique

Depuis 1996, la Réglementation Acoustique (NRA 2000) impose l'isolation des parois horizontales (y compris les revêtements de sol), et des parois verticales, afin que le niveau de bruit perçu dans chaque pièce principale d'un logement donné ne dépasse pas 65 décibels, à l'exception des balcons et loggias non situés au-dessus d'une pièce principale, des escaliers dans le cas où un ascenseur dessert le bâtiment et des locaux techniques.

À noter : on trouvera ces dispositifs réglementaires dans l'arrêté du 28 octobre 1994 relatif aux caractéristiques acoustiques des bâtiments d'habitation et dans l'arrêté du 28 octobre 1994 relatif aux modalités d'application de la réglementation acoustique.

Afin d'obtenir ces performances d'atténuation du bruit, et notamment de celui relatif aux chocs sur les surfaces de murs et de planchers, la pose d'un isolant phonique est obligatoire aussi bien en construction neuve qu'en rénovation.

L'isolation phonique peut être réalisée à la construction par divers procédés et emplois de matériaux spécifiques, mais le plus efficace et le moins onéreux consiste à poser sous tout revêtement de sol (parquet, lino, PVC, carrelage…) ou mural (contreplacage…) un intercalaire absorbant le bruit : la sous-couche acoustique.

 

Dans quel cas faut-il poser une sous-couche acoustique ?

Ce n'est qu'en cas de pose d'un revêtement souple (moquette) sur un feutre végétal qu'il est possible de se passer de la sous-couche destinée à réaliser l'isolation phonique à condition de ne jamais avoir à retirer ni le feutre, ni la moquette.

Dans tous les autres cas, et notamment lors de la pose de revêtements de sol ou muraux rigides (plancher, parquet, dallage, carrelage, faïences…), la pose d'une sous-couche acoustique est non seulement requise mais obligatoire,aussi bien en neuf qu'en rénovation et autant en locaux d'habitation qu'en tertiaire (bureaux, commerces, ERP…).

Critères de choix d'une sous-couche acoustique

La sous-couche acoustique est un matériau fin à base de caoutchouc, livré en rouleaux, qui se déroule sur le plancher et les murs avant de recevoir le revêtement de sol ou mural choisi.

L'atténuation sonore qu'apporte une sous-couche acoustique absorbe les bruits aussi bien émanant du logement (bruits de pas, jeux d'enfants, chasse d'eau, fonctionnement d'appareils ménagers….) que ceux pénétrant dans celui-ci (bruits de voisinage, circulation, trafic ferroviaire et aérien, nuisances sonores extérieures…). Il limite le phénomène de caisse de résonance et la transmission des vibrations d'impacts.

Une sous-couche acoustique se choisit en fonction de son usage, de ses performances et de ses dimensions.

Matériaux des sous-couches acoustiques

La plupart des sous-couches acoustiques sont des films composés en partie ou totalement de caoutchouc, généralement issu du recyclage de pneumatiques.

Très efficaces pour absorber le bruit et les vibrations, ces sous-couches relativement déformables sont plutôt destinées à l'isolation phonique des sols avant la pose de planchers, parquets et revêtements flottants.

Certaines sous-couches acoustiques ne sont composées que de polyéthylène, bien plus fin et surtout plus rigide. Insensible à l'écrasement, le polyéthylène est surtout employé aux murs et sur les sols destinés à recevoir un revêtement rigide, comme les dallages et carrelages, qui ne supportent pas de déformation du support.

Attention : toutes les sous-couches acoustiques ne sont pas compatibles avec les parois chauffantes (murs chauffants, plafonds chauffants, chauffage par le sol). Il est donc indispensable de vérifier cet aspect avant d'envisager un achat.

Performances des sous-couches acoustiques

Les performances de réduction acoustique sont définies par un seuil d'atténuation sonore exprimé en décibels (db), qui dépend le plus souvent de l'épaisseur et de la technicité du matériau (polyéthylène et/ou caoutchouc).

Une sous-couche acoustique doit proposer une isolation sonore minimale entre 17 et 21 db, à choisir en fonction du type de revêtement mural ou de sol.

Exemple : l'atténuation sonore de la sous-couche acoustique doit croître à l'inverse proportionnelle de l'épaisseur du parquet. Un parquet de 14 mm d'épaisseur peut se contenter d'une sous-couche d'atténuation de 17 db, alors qu'un revêtement de 8 mm d'épaisseur réclame une atténuation de 21 db.

Dimensions des sous-couches acoustiques

Elles varient selon la présentation du produit :

  • Les sous-couches acoustiques en rouleau sont destinées à être déroulées sur un lit de colle. Cette présentation est tout à fait adaptée aux surfaces complexes et notamment aux jonctions murs/planchers ainsi qu'aux pièces de grandes dimensions. En règle générale, seules les sous-couches acoustiques de faible épaisseur (< 5 mm) sont proposées en rouleaux de plus ou moins 15 m² selon les fabricants.
  • Les sous-couches en plaques à assembler sont faciles à poser sur les surfaces planes, y compris par une seule personne, car elles limitent les manipulations des rouleaux encombrants. Le plus souvent, ce sont les sous-couches les plus épaisses (5 à 8 mm) qui sont proposées en plaques de 0,5 à 1 m² plutôt qu'en rouleaux.

Bon à savoir : les performances acoustiques et les techniques de pose ne doivent pas occulter les impératifs de résistance au feu (sous-couches obligatoirement ignifugées), ni la classe d'émissions de polluants dans l'air intérieur (QAI = Qualité de l'Air Intérieur, A+ recommandée).

Prix des sous-couches acoustiques

Voici quelques indications de prix des sous-couches acoustiques :

  • De 7 à 10 € le m² : on trouve des sous-couches acoustiques de très faible épaisseur (1,5 à 3 mm) pour matériaux durs (dallages, carrelages…).
  • De 10 à 13 € environ le m² : on peut acheter des sous-couches acoustiques plus épaisses (jusqu'à 8 mm d'épaisseur) et plus souples. Elles sont éventuellement composées en partie de fibres végétales (liège, chanvre, lin…), à utiliser dans l'isolation phonique poussée (studios d'enregistrement, salles blanches…).

Pour en savoir davantage sur les solutions de réduction du bruit dans l'immobilier :

  • Petit tour d'horizon des techniques et méthodes d'isolation phonique.
  • L'isolation des murs et cloisons est l'un des quatre types d'isolation phonique avec l'isolation des fenêtres, des portes et des planchers intermédiaires.
  • Si votre habitation est soumise à un niveau sonore élevé, il est important de choisir un vitrage approprié : le vitrage phonique.

Ces pros peuvent vous aider