Sarking

Sommaire

Vous devez refaire votre toiture ? Alors, pourquoi ne pas en profiter pour renforcer son isolation ? Vous voulez isoler vos combles aménagés, mais la hauteur sous plafond est déjà limitée ? Le sarking est fait pour vous ! On le découvre ensemble.

Sarking : qu'est-ce que c'est ?

On appelle sarking le fait d'isoler une toiture par-dessus, c'est-à-dire par l'extérieur avec une isolation en continu (sans ossature traversante) qui se situe entre la charpente et la couverture (tuiles, ardoises, etc.).

Plus exactement, on va fixer des panneaux d'isolation au-dessus des chevrons. L'ensemble de la charpente peut alors rester apparent.

Bon à savoir : Les chevrons sont des pièces de la charpente qui supportent les tuiles ou d'autres éléments de couverture. Ils relient le haut du toit (faîtage) au bas du toit (mur de façade). Leur section fait généralement 5 x 7 cm ou 6 x 8 cm, mais elle peut aussi être plus haute : par exemple de 5,5 x 22 cm, pour permettre une isolation plus épaisse entre les chevrons.

Comment fonctionne le sarking ?

Pour isoler en sarking, on ne peut pas utiliser n'importe quel matériau. Mais il faudra avoir recours à un isolant rigide. En effet, celui-ci sera pris en sandwich entre les chevrons et une autre pièce de bois, une contre-latte, épaisse de 4 cm minimum.

La composition de la toiture de haut en bas sera la suivante :

  • Tuiles ou ardoise ou autre matériau de couverture ;
  • Lattes (appelées aussi « liteaux ») : pièce de bois de grande longueur et de quelques centimètres de section ;
  • Contre-lattes (appelées aussi « contre-chevrons ») qui seront fixées aux chevrons à travers l'isolant par de très grandes vis. Ce contre-lattage constitue une lame d'air ventilée. Plus cette lame d'air sera épaisse, plus elle participera au confort d'été (idéalement 8 cm) ;
  • Pare-pluie (appelé aussi « écran sous toiture ») qui peut être soit un film, soit un panneau en feutre de bois. Dans tous les cas, il doit être à Haute Perméabilité à la Vapeur d'eau (HPV), pour permettre à la vapeur d'eau de s'échapper et limiter les risques de condensation ;
  • Panneaux d'isolation rigides : par exemple une fibre de bois haute densité ;
  • Chevrons, avec généralement une isolation entre chevrons. Si on veut garder les chevrons apparents, ils seront situés sous le pare-vapeur (ou frein-vapeur) ;
  • Membrane assurant d'étanchéité à l'air et la régulation de la vapeur d'eau : frein-vapeur (ou pare-vapeur) ;
  • Lame d'air non ventilée et parement intérieur : généralement en plaque de plâtre.

Attention : la mise en œuvre de l'isolation en sarking demande une technicité particulière, notamment pour les fixations du contre-lattage. Dans tous les cas, il faut se reporter aux avis techniques spécifiques de chaque type d'isolant.

Quels sont les avantages et les inconvénients du sarking ?

La continuité de l'isolation d'une part et de l'étanchéité à l'air d'autre part devront être gérées avec soin entre le toit et les murs.

Attention : la mise en œuvre d'une isolation en sarking ne s'improvise pas. Seule une personne qualifiée est en mesure de la réaliser. Elle devra notamment suivre scrupuleusement les fiches techniques du fabricant d'isolant choisi.

Cette technique présente beaucoup d'avantages :

  • Elle participe à l'étanchéité à l'air du bâtiment ;
  • La continuité de l'isolant permet d'avoir une isolation plus efficace en évitant de nombreux ponts thermiques (discontinuité de l'isolation) ;
  • Cette solution est particulièrement adaptée à la rénovation lorsque :
    • on est limité en terme de hauteur sous plafond des combles aménagés ;
    • on souhaite garder la charpente apparente ;
  • Elle permet de gérer à la fois une réfection de toiture et une isolation performante.

L'inconvénient majeur de cette technique est son coût. En effet, la technicité et le fait de devoir intervenir sur le toit en font une des solutions les plus chères d'isolation de toiture, sauf si vous devez de toute manière refaire la toiture.

Pour en savoir plus :

Ces pros peuvent vous aider